Merci d'être là ! J'ai écrit ce texte en essayant de prendre du recul par rapport aux événements pénibles qui frappent notre vie. Il y a plusieurs années, j'ai subi une double intervention chirurgicale. Je souhaite rendre hommage à ma manière à tous ces artistes du bistouri, ces chirurgiens qui ont une responsabilité énorme puisque notre vie est complètement entre leurs mains pendant toute la durée de l'opération mais aussi avant et après l'anesthésiste. J'ai voulu traiter ce délicat sujet avec humour, profondeur et originalité à la fois ! J'espère y être quelque peu parvenu sur des arrangements de mon cru, mais encore une fois je ne me considère absolument pas comme compositeur . Merci, chers amis, de me faire part de vos impressions par le biais du formulaire livre d'or ci-dessous. L'essentiel est d'avoir le moral, de ne jamais douter. Je vous répondrai en ligne avec infiniment de plaisir. Je ne peux pas achever mon commentaire sans rendre hommage à toutes ces infirmières, à tous ces infirmiers de l'ombre dont le dévouement sans faille force l'admiration. J'espère de tout mon coeur que vous apprécierez ma création. Votre ressenti est très important pour moi. Je vous remercie ! J'envisage de faire un CD par la suite quand j'aurai plus d'enregistrements. On verra. Je fais tout chez moi dans une petite pièce aménagée où je peux créer serein, tranquille et enthousiaste à la fois, heureux de partager mon '' travail '' avec vous. A bientôt et amitiés.  Jean-Michel Bartnicki, le 13/07/2013  PS / Tout est évidemment protégé à la SACEM.  Si vous êtes comédienne, comdédien, artiste interprète et si vous souhaitez réciter mes textes sur scène ou développer un projet scénique constructif sérieux, écrivez-moi. Merci ! On en discutera. 

Le passage.

 

Je me souviens d'une clarté diaphane
Comme si j'avais été moi-même cette lumière,
Puis un corps sans esprit, un sac endormi,
Une impression de vide et de néant.
Je me souviens ne pas avoir eu peur 
J'étais même plutôt serein
Soulagé d'être enfin libéré
De tous mes maux et de mon angoisse. 
Etrange créature que nous sommes
Acceptant d'être tripotée, ouverte
Comme une souffrance consentie
Les tripes à l'air pour un curieux hors-d'œuvre,
Quelques mains expertes aux prises avec nos entrailles
Tailladant, explorant, repoussant dans nos corps inertes
Ces quelques tuyaux que l'on nomme boyaux
Comme de simples chambres à air pour vélos.
C'est étrange tout de même !
Nous sommes des bicyclettes à quatre pattes
Quelques rustines dans l'abdomen
Tandis que d'autres se donnent de l'importance
Aux quatre coins du monde, monde carré ou rectangulaire
Polygone circulaire pour quelques ingénus.
Enfin, tout dépend ici de vos conceptions géométriques !
Il y avait de curieux mécaniciens autour de moi, en moi
Ils portaient tous des masques comme des voleurs
Et pourtant, j'étais nu comme un ver
Loin des vers de Prévert
Plutôt comme une énigme 
Un corps sans vie, sans esprit
Pour des bistouris étincelants 
Des poignards impatients et luisants. 
C'est normal pour les vers, me direz-vous !
J'aurais voulu avoir la présence d'esprit de me révolter
Contre ces bandits masqués violant mon intimité
Mais j'étais devenu une sorte de momie
Loin des pyramides d'Egypte, de leurs pharaons et de leurs reines.
En quelque sorte, on rendait hommage à mon corps
Si jeune encore,
Si fragile pourtant.
Après tout, j'avais une certaine chance,
Car qui pouvait se vanter d'être un vélo à quatre pattes
Un prince d'Egypte que l'on ressuscite ?
Les hommes masqués étaient en fait des anges voilés
Les anges-gardiens de ma destinée.
Ils m'ont envoyé dans un monde imaginaire
Une simple piqûre dans mon bras gauche
Et puis, plus rien !
Si, seulement cette clarté diaphane
Pour sombrer comme le Titanic sous les glaces
Plus vite que la vitesse de la lumière elle-même.
J'avais perdu tout contrôle de moi-même,
Je n'étais d'ailleurs plus moi 
Je n'existais plus en somme.
J'étais un mort en sursis
Un morceau de viande consommable
Pour quelques tribus anthropophages. 
J'étais là où les hommes ne souffrent plus
Dans un passage vers l'au-delà 
Dont je n'étais pas conscient. 
Mais je devais m'y sentir bien
Puisque je me suis réveillé en souriant.
J'ai souri aux anges !
J'avais une impression de bien-être
Comme si rien ne s'était passé véritablement.
J'ai dit :
- C'est déjà fini ! 
Et l'on m'a ramené dans ma chambre
Sur mon lit à roulettes
Avec juste quelques rustines en plus. 
Tout était fini !
Loin des pyramides d'Egypte et de ses mystères.

 

Texte, arrangements, narration, mixage Jean-Michel Bartnicki, le 04/07/2013

Autres narrations : La beauté et Le vieil homme.

Votre ressenti ? Merci ! Je vous répondrai en ligne avec un immense plaisir.

Écrire commentaire

Commentaires : 21
  • #1

    Saviana Sandrine (samedi, 13 juillet 2013 20:46)

    Me retrouve dans ce textes lorsque je me suis retrouvée entre ces mains. Plusieurs fois durant ma petite vie. Ce passage si beau et si hypnotique, j'ai du le frôler. Suis toujours aussi fan Jean-michel. Continuez avec toujours autant de vérité pour mon propre bonheur et aussi pour ceux des autres. Amitiés. Sandrine

  • #2

    caruso Henri (dimanche, 14 juillet 2013 11:36)

    ..étrange texte ....servi sur une musique bizarre au tout début puis......enveloppant ce "passage"....le message bien reçu d'un messager aux pieds ailés..enfin la clarté dans ma pauvre petite tete.....oui...loin des pyramides d'Egypte et de ses labyrinthes.....ou des dédales crétois....j'ai enfin pris mon envol en essayant d'etre juste à peine au dessus des vagues ...mais pas trop près du soleil pour ne plus bruler mes ailes mais.......
    il est de nouveau temps que je me réveille , en espérant me retrouver dans ma chambre , juste avec quelques rustines....finalement il n'y aura pas ...encore...mort d'homme.....cette lumière diaphane m'a présenté un grand ami...un vrai...et je le remercie de son soutien...d'etre un peu mon ange....car sa philosophie EST...ma philosophie....
    j'ai la chance de la retrouver partout dans ses textes...comme dans sa voix.....et dans cette enveloppe musicale qui l'habille si savamment....
    chapeau Monsieur l'Artiste....merci d'etre Mon Ami.....

  • #3

    wagner (dimanche, 14 juillet 2013 11:50)

    bonjour,ce texte est tres beau...et tellement vrai...car quand on passe sur la table d'opération....c'est en effet tres bizarre....on confie son corps...bravo!et merci de vos enregistrements.:)

  • #4

    Jean-Michel Bartnicki (dimanche, 14 juillet 2013 12:20)

    Bonjour Sandrine, Henri et Mireille ! Merci d'être les premières personnes à avoir déposé l'empreinte de vos belles âmes sur cette toute nouvelle page. Merci Sandrine de vous retrouver dans mes quelques vers et d'avoir ressenti le côté étrange voire hypnotique ( pour reprendre l'un des mots de votre message ) de mon texte. Etant donné qu'on est dans un état second quand on se fait opérer, plus rien ne semble logique car des images se mélangent sans qu'elles n'aient forcément de logique entre elles, un peu quand nous rêvons..
    Henri, '' amico mio '' !, la lecture de ton message sincère et profond à la fois me conforte dans l'idée que ma volonté de désorienter les personnes, qui me feront l'amitié de lire mon texte, voire de m'écouter, est réussie...Donc merci ! Concernant mes arrangements, je les ai souhaités quelque peu décalés pour porter ma voix, mais comme tu le sais, je ne me considère absolument pas comme compositeur ( à chacun sa place ! ). Par contre je pense avoir des idées intéressantes , mais c'est du '' feeling '' avant tout. C'est très intuitif. Moi aussi je suis fier de connaître une personne comme toi et je te remercie pour la qualité de nos échanges réguliers, profonds et sincères loin des pseudos amitiés qui pullulent sur le Net ! Merci aussi Mireille pour votre joli message et pour votre passage régulier sur mon site ! Cela me touche !
    Dernier point...Il y a aussi de l'humour dans mon texte...Bon dimanche et amitiés ! Jean-Michel B.

  • #5

    Amandine (dimanche, 14 juillet 2013 12:53)

    Bravo pour l image des anges voilés!
    J adore la musicalité quand je l écoute en dehors du texte, j ai l impression d'écouter une musique de film. Tu es très inspiré!

  • #6

    longeard (dimanche, 14 juillet 2013 15:50)

    texte profond , on s'identifie suivant ce qu'on vit !! dans le passage je ne me fais pas du tout opérer , je vis une autre situation un autre sentiment ."les masque" on en porte tellement souvent tous !! merci jean-michel vous m'avez touché et bousculé les tripes !! vous êtes très fort pour aller chercher nos sentiments MERCI et bon dimanche jean-michel bises

  • #7

    Jean-Michel Bartnicki (dimanche, 14 juillet 2013 16:45)

    Merci Amandine et Stéphanie ! Je n'avais pas anticipé cette lecture au second degré dans laquelle les '' masques '' évoquent d'autres images possibles...Tant de personnes portent des masques soit pour se protéger soit revêtir le costume du mensonge et de l'hypocrisie. Merci Amandine d'avoir l'impression d'être plongée dans une ambiance cinématographique ! Bises et amitiés ! Bon dimanche et encore MERCI ! Je ne me rends absolument pas compte de la portée et de l'impact que peuvent déclencher certains de mes textes ! Jean-Michel.

  • #8

    Jennifer (lundi, 15 juillet 2013 07:43)

    Merci de m avoir fait passer ce beau moment .je suis d accord avec "longeart " a un certain moment je ne pense pas a l opération je me sens transporter dans d autre endroit que tu te doute selon mon histoire .
    Merci aussi pour le commentaire sur les infirmières, pour en être une j approuve cette reconnaissance qui nous fait du bien comme tu le dis si bien nous sommes dans l ombre mais le travail est aussi fort .
    Encore chapeau et tu as raison continue a faire ce qui te fais du bien .ce qui te fais VIVRE ...
    Bonne journée a toi .a bientôt.
    Amicalement
    Jennifer

  • #9

    laurence willart (lundi, 15 juillet 2013 09:25)

    Quand le texte a commencé j'ai en 1er lieu pensé qu'il s'agissait d'une personne qui parlait de ce moment unique où l'on va vers la lumière et qui a fait dont de son corps. Et puis au fil de ta narration, j'ai saisi qu'il s'agissait d'une personne en bloc opératoire... Ta description du corps humain : une bicyclette et ce qui la constitue, tu as beaucoup d'imagination (y)... Chapeau Jean-Michel parce que j'ai été tout au long totalement transportée dans cette salle qui pourtant m'effraie au plus haut point... La musique exactement ce qu'il faut cela donne une portée encore plus grande. Bisous et toute mon amitié. Laurence

  • #10

    Jean-Michel Bartnicki (lundi, 15 juillet 2013)

    Bonjour Jennifer et merci ! En attendant notre première chanson '' Encore plus d'amour '' sur la superbe composition de Francis ( Francis Jackowski ) !Je te remercie d'être sensible à l'hommage que je rends aux infirmières, aux infirmiers, métier qui est ton quotidien ! Mon père hélas disparu à ce jour a dû subir de multiples séjours dans les hôpitaux et il est partir rejoindre d'autres plaines célestes alors qu'il n'était âgé de 49 ans. C'était en 1979. Je n'avais donc que 22 ans quand mon père est décédé et je me souviens de son courage extraordinaire qui m'a donné une force et un mental de '' guerrier '' dans un monde si dur. Bien des années plus tard, comme le récite dans mon texte '' Le passage '', j'ai à mon tour connu durant quelques jours l'ambiance si particulière d'une clinique. Je n'oublierai jamais la gentillesse, le dévouement sans faille , la compétence des personnes qui m'ont soigné...Ce texte est pour EUX, pour toi donc puisque ta mission est de soigner, de sauver des vies, de trouver les mots justes pour apaiser l'angoisse; les peurs des patients...Chapeau Jennifer ! Bonne journée ! Jean-Michel.

  • #11

    Jean-Michel Bartnicki (lundi, 15 juillet 2013 12:11)

    Bonjour Laurence ! Je te remercie ! Ton analyse et ton ressenti sont intéressants, et il est vrai qu'on peut imaginer au début une personne qui a fait don de son corps à la science par exemple...Puis tout se précise car je parle d'une expérience vécue ! Merci d'avoir relevé l'image de la bicyclette...J'aime bien placer un peu d'humour, tenter d'utiliser un ton décalé et porteur de sens...Merci Laurence d'apprécier mon imagination...Les mots coulent, s'écoulent et c'est mon plus grand plaisir comme tu le sais tout en essayant à présent de créer et de mixer mes propres ambiances musicales. Cela me prend un temps fou juste pour le plaisir de la création et du partage...Merci d'avoir été '' transportée '' !!! Cela me touche d'autant plus que je n'ai aucun recul objectif sur l'impact émotionnel suscité par certains de mes textes que j'ose à présent réciter à ma manière, mais il m'a fallu du temps pour passer ce cap car je suis plutôt d'une nature pudique....! Encore merci Laurence et bravo pour ta passion pour les artistes ! Bises et amitiés. Bonne journée. Jean-Michel.

  • #12

    laurence willart (lundi, 15 juillet 2013 13:26)

    Ce fut un plaisir Jean-Michel de t'écouter et de donner mon ressenti. Quant à ma passion pour les Artistes et tu en fais partie, ils nous le rendent bien alors :) Bisous et amitié Laurence

  • #13

    Pauline Bataille (mardi, 16 juillet 2013 16:14)

    J'ai envie de te dire que je reste sans voix...
    Le bloc opératoire est pour moi une deuxième maison, un peu comme une chambre où je fais un quart de mes rêves dans l'année, donc évidemment je retrouve beaucoup de sentiments dans ton texte, mais aussi d'humour, comme tu le sais et le dis, l'essentiel et d'avoir le moral. C'est très important de savoir tourner ses angoisses en auto-dérision même parfois.
    Ton texte est fort de par sa subtilité et l'intelligence de la forme que tu lui a donné!
    Pour exemple au début de ton texte tu parles "d'être soi-même cette lumière", personnellement je suis en totale admiration face au scialytique (éclairage opératoire au dessus de la table) qui me fascine totalement et m'amène toujours à penser "je vais enfin être soulagé de mes maux", chose que tu écris et cites un peu plus loin dans ton texte.
    Lorsque vient l'heure du réveil, j'ai toujours cette question qui me traverse l'esprit, "mais combien sont-ils à m'avoir vu et touchés nue sur leur table dans ce bloc?", et la suivante, "pour changer mes pansements, combien en verrai-je encore? Femme, ou homme?"
    Et vient le temps où effectivement tu te dis avec humour (pour ma part), de quoi me plaindrais-je j'ai un corps tout neuf, référencé dans ton texte au départ par une bicyclette.
    Ton arrangement musical est intéressant de plus, car il y a une profondeur donnée par le piano et la batterie notamment qui viennent donner un côté frappant à ce que sont l'impuissance de nos sentiments notamment.
    Et puis ta voix, toujours magnifique pour la narration de tes textes, j'en suis totalement "fan".

    Je t'embrasse très, très fort Jean-Michel.

  • #14

    Jean-Michel Bartnicki (mardi, 16 juillet 2013 19:37)

    Bonsoir Pauline !!!! Merci !!! Je ne sais plus où me mettre après un tel éloge que je sais sincère qui plus est !!! Si cela continue comme cela, je lancerai dans quelques semaines mon propre projet CD comportant mes narrations sur mes idées d'ambiances ( ah ! ah ! ah ! ah ! ) . Un peu comme l'a fait Elisah dont j'apprécie beaucoup l'écriture et la détermination. Merci d'apprécier ma voix ( il faut que tu saches que je m'enregistre souvent la plupart du temps qu'une seule fois ). J'essaie juste d'être le plus précis et le plus naturel possible dans ma manière de réciter mes textes, mes poèmes en prose avec naturel sans aucun effet..Etre authentique est primordial ! .Et même si je m'amuse beaucoup à faire cela, ma démarche n'est pas anodine comme si je cherchais humblement à laisser une trace quand je ne serai plus de ce monde. J'espère le plus tard possible..! Sache que tu comptes énormément pour moi et j'espère que la Vie nous permettra de nous réunir un jour loin du monde virtuel ! Encore merci pour ta réponse poignante qui m'a remué les tripes comme on dit ! Je t'embrasse très très fort ! Jean-Michel.

  • #15

    Denyse (jeudi, 18 juillet 2013 00:56)

    Comme toujours tu as su me retourner en tous sens.J'adore quand tu écrits ainsi.Je me rappelle Délivrance dont je t'avais suggéré le titre.On ne passe pas par ce chemin sans en ressentir un grand soulagement.Et tu l'exprime avec tant d'amour que l'om se rappelle le nôtre.A l'exeption que moi je n'ai pas été endormie.Vraiment je suis bouleversée par ce texte et la première chose qui me viemt c'est/ Quand tu as vu cette lumière.Quel âge avais tu./?Car on ne vois pas les choses de la même façon à 20-30-60 et même 80 ans.Je veux en lire enore et encore.Je lis ton texte pour la 3e fois.Mais malheureusemenet je n'ai pas de musique.Je me la fait dans ma tête.Musicienne tu sais que j,en suis capable.Bravo et tous les bisous du monde ne suffiront pas a me satisfaire.Merci mon cher cher Ami pour l'éternité!!!!

  • #16

    Jean-Michel Bartnicki (lundi, 22 juillet 2013 15:38)

    Bonjour Denyse ! Merci d'être autant touchée par ma petite création !! Pour répondre à ta question, j'avais 35 ans quand j'ai subi l'opération dont je parle dans mon texte ! Sans doute que la force de ma jeunesse m'a permis à l'époque de mieux supporter cette intervention chirurgicale. Je me souviens que j'étais assez serein avant d'être endormi, certes un peu angoissé aussi mais je n'avais pas peur...J'étais dans un état psychologique particulier fait à la fois d'acceptation et de force...Et puis je faisais entièrement confiance au personnel qui m'entourait et qui a su me mettre en confiance...! Par contre je ne comprends pas que tu ne puisses pas écouter la musique !!! Ma narration démarre automatiquement ! A présent et tu as raison, il est certain qu'on ne voit sûrement pas les choses de la même façon à 20, 30, 40, 50 , 60, 70, 80 , 90 ans et plus ! Je pense aussi que nous avons en nous des ressources insoupçonnées qui nous permettent de franchir ou de tenter de franchir les épreuves délicates que la Vie dresse sur notre route ! Quel temps fait-il au Québec ??? Ici c'est la canicule au moment où je rédige ma réponse !! Je t'embrasse très fort et je te remercie pour la profondeur de ton message !!! Jean_Michel.

  • #17

    Marie Gabrielle (jeudi, 14 novembre 2013 16:36)

    Très beau texte, très beau ....... voyage !

  • #18

    Jean-Michel Bartnicki (jeudi, 14 novembre 2013 16:45)

    Merci infiniment Marie Gabrielle !! Bises et amitiés ! A bientôt ! Jean_Michel.

  • #19

    Clos (vendredi, 15 novembre 2013 06:58)

    Ce texte est tout simplement magnifique et l'écouter le matin au réveil est un régal pour démarrer une journée: passage entre les rêves et la réalité ... Merci!!!!!!!!

  • #20

    Jean-Michel Bartnicki (vendredi, 15 novembre 2013 09:08)

    Merci beaucoup cher Stéphane et merci pour la beauté de tes compositions sur mes textes !

  • #21

    Jacques Cas (vendredi, 25 avril 2014 20:29)

    Sublime texte merci jean michel de nous offrir d'aussi beaux texte qui touchent .amitié

Page mise en ligne le 13/07/2013 et mise à jour le 15/11.

Inscrivez-vous à ma lettre d'info !

* Prénom:
* Nom:
* Adresse Email:

Vérifier vos abonnés
 
* Entrez le code indiqué: